ELIMINATION DE LA TRYPANOSOMIASE HUMAINE AFRICAINE (THA ou maladie du sommeil) EN COTE D’IVOIRE

ELIMINATION DE LA TRYPANOSOMIASE HUMAINE AFRICAINE (THA ou maladie du sommeil) EN COTE D’IVOIRE

Oui, depuis décembre 2020, la Côte d’Ivoire a réussi, après plusieurs années de recherche et de lutte, à obtenir la certification par l’OMS, de l’éliminer de la trypanosomiase humaine Africaine(THA) ou « maladie du sommeil » en tant que problème de santé publique.En effet, le jeudi 25 mars 2021à l’hôtel Azalaï d’Abidjan eu lieu la cérémonie de l’annonce officielle par le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique Eugène AKA AOUELE, de la validation de l’élimination de la THA  , en présence du Représentant résident de l’OMS et de l’Ambassadeur de France en CI. La Côte d’Ivoire devient ainsi le deuxième pays endémique en Afrique à avoir éliminé la Trypanosomiase Humaine Africaine, après le Togo.
M. Le Ministre a remercié les différents acteurs pour leur implication dans l’atteinte de cet objectif d’élimination et fait, par la même occasion, un plaidoyer auprès des partenaires techniques et financiers pour la poursuite de leur accompagnement au maintient des acquis et à l’atteinte l’objectif de l’arrêt de la transmission de la THA en 2030. Ainsi a-t-il déclaré : «Notre défi consiste maintenant à maintenir le niveau de surveillance requis et, avec l’aide de tous, à parvenir à l’interruption de la transmission de la THA d’ici 2030. »
L’élimination de la THA en tant que problème de santé publique a pu être possible grâce aux efforts de recherche et de lutte mis en œuvre par plusieurs institutions de recherche en appui au Programme National d’Elimination de la THA (PNETHA). Il s’agit :
  • des 2 Centres de recherches de l’Institut National de Santé Publique (INSP) que sont : l’Institut Pierre Richet de Bouaké et le PRCT de Daloa ;
  • de l’université Jean Lorougnon Guédé (UJLoG) de Daloa,
  • de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) notamment l’UMR IRD-CIRAD INTERTRYP ;
  • des Directions régionales, et départementales de la santé des zones d’endémies, des professionnels de la santé, et des communautés qui ont fortement adhérées aux stratégies de lutte mis en places ;
  • et d’autres partenaires et bailleurs fonds.
Depuis 2015, seulement 9 cas de THA ont été dépistés dans les deux derniers foyers endémiques du pays (Bonon et Sinfra). L’ensemble des districts sanitaires ont rapporté chacun moins d’un cas pour 10000 habitants par an sur la période 2015-2019.
Au terme de la cérémonie, des diplômes de reconnaissance signés par le Ministre de la santé et de l’hygiène publique ont été adressés à l’ensemble des personnes qui, depuis les années 1980, ont contribué à l’atteinte de cet objectif.

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Résoudre : *
29 + 19 =