Surpoids : un médecin recommande un test à l’aide d’une ficelle plutôt que l’IMC

Surpoids : un médecin recommande un test à l’aide d’une ficelle plutôt que l’IMC

Plutôt que de se baser sur l’indice de masse corporelle, un médecin et journaliste britannique suggère d’utiliser une simple ficelle pour jauger de son degré d’obésité ou de surpoids. Explications.

Dans un article publié dans le Daily Mail, le Dr Michael Mosley, médecin et journaliste britannique, a expliqué en détails ce qu’il reproche à l’indice de masse corporelle (IMC), et a fortiori ce qu’il reproche aux études se basant sur cet indice.

Bien qu’il donne une indication sur la corpulence d’un individu, l’IMC serait un “mauvais indicateur” quant au surpoids et à l’obésité, car il présente plusieurs failles.

Vous pouvez, par exemple, être musclé avec un IMC élevé. Le muscle pèse beaucoup, […] ce qui fausse le calcul. La graisse pèse moins. Et pour cette raison, vous pouvez être assez léger, avec un faible IMC, tout en ayant beaucoup trop de graisse corporelle, en particulier de graisse intestinale”, a détaillé le Dr Mosley.

Pour savoir si l’on est ou non en surpoids et donc menacés par des problèmes cardiovasculaires et métaboliques, le médecin britannique conseille de se munir tout simplement d’un bout de ficelle.

Commencez par couper un morceau de ficelle afin qu’il soit aussi grand que vous l’êtes”, indique le médecin. “Ensuite, pliez ce morceau de ficelle en deux et essayez de l’enrouler autour de votre taille”, ajoute-t-il.

S’il est impossible d’en joindre les deux bouts, alors cela signifie que l’on présente une trop grande surcharge pondérale au niveau du ventre, ce qui est néfaste pour la santé.

L’accumulation de graisse viscérale est normalement le résultat d’un certain nombre de facteurs différents, notamment la consommation excessive d’aliments sucrés et de féculents, la consommation excessive d’alcool (en particulier de bière), le manque d’exercice physique, le stress, le fait de mal dormir et, bien sûr, la génétique”, souligne le Dr Mosley, ajoutant que certaines personnes ont davantage tendance à prendre du poids au niveau du ventre que les autres.

La bonne nouvelle,  c’est que des études ont montré que la graisse viscérale répond bien aux régimes de perte de poids et à l’exercice physique”, a tempéré le Dr Mosley.

Source : The Daily Mail

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Résoudre : *
15 ⁄ 5 =